Val de Combrès
Val de Combrès
Val de Combrès
Val de Combrès

Contact

Val de Combrès

 

200 Chemin des Bourtouligo

84660 MAUBEC

 

GPS :

43°50'48''N 5°08'43''E

 

Téléphone :

+33 615 028831

 

valentin@lesquillesdejoie.fr

Heures d'ouverture :

visites du vignoble, de la cave et dégustation toute l'année sur rendez vous

Actualité

Calendrier Lunaire

Val de Combrès :                  vin naturel et sans sulfites ajoutés, dans le Parc Naturel Régional du Luberon

Où il est dit qu'ici chaque chose est à sa place...

Le Luberon… Espace aussi convoité qu’il sait être secret, animal rocheux, refuge de cailloux, îlot de falaises posé au bon endroit…

 

Quelques pieds de vigne ici sous le vieux village d’Oppède, à la sortie du vallon de Combrès, majestueuse bouche minérale.

 

Un peu de grenache, de syrah et de carignan, des pieds de 40 ans, qui prennent tout leur temps, voilà à quoi ressemble mon bonheur.

 

Une joie simple à partager, des bouteilles autour desquelles se retrouver, ou se rencontrer...

 

Une culture peu mécanisée, sans produits chimiques, où l’essentiel du travail est manuel, et où l’on ne prétend pas « travailler » le sol mais plutôt l’écouter, et parfois s’y allonger …

 

Une vinification sans aucun intrant, avec les levures du raisin uniquement, parce que c’est ça qu’on veut boire pardi, des vins simples comme une évidence, uniques, des vins qui étonnent et font leurs vies pour notre plus grand émerveillement ! Bref, pas des bêtes de concours, potions d’oenologues qui finissent par faire se ressembler tous les vins !

 

 

Alors oui, j'en suis convaincu, malgré les apparences parfois trompeuses, ici chaque chose est à sa place. Des choses simples. Les étoiles brillent dans le ciel, la vigne pousse sous le soleil, la bouteille est posée sur la table... Le vin est dans le verre, le sourire aux lèvres,  et surtout, surtout, la joie comme une main chaude sur le coeur des copains qui sont là pour partager ce moment.

 

 

 

 

 

 

 

Haïkus (de sac) : Un grand pas vers l'anfractueuse nécessité du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'odeur du matin

la coquille de septembre

et là, les reflets d'ambre

du verre dans ta main

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__ - ___ - -  ___ ---  _  __ __   ___  ---    _ __

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De part et d'autre

lumière et chaleur

je m'accroche à toi

tu connais le vent qui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  __  __  __  _ _   ___  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rangée se prolonge

bien après la colline,

je ne suis que l'ombre

de l'outil qui maintient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_  ___  _  _ ___  _ _ ___  __ _ _ _ __  _____    _ _  ___

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut y croire encore

ne pas lâcher le manche

dans ma main le temps se creuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__  _  __ _ _ ___  __    __ _  __  __  ___ _  __     __

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux pas incertains

au petit matin

il faut se lancer

le temps fera le reste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

--"__;;___','___  : !!!!!  _  ____ '' ----- __--__--__  ____--_-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent se lève

un nuage passe

déjà l'automne

le vin est tiré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

)°°°___--___--___--°°°___((___((___(°°°___(-)(--())()()

 

 

 

 

 

 

 

Guettons les étoiles

aux ghettos incandescents

qui flirtent sous l'écume

que nos lèvres déposent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""((((""-'à)=)àç)à'_è=t================='-(-(-(-(ç_çà====àà)))))))

 

 

 

 

 

 

 

la forêt à l'envers

s'enracine dans les nuages

ses ramages effleurent 

nos visages perplexes

 

nos crachats lointains sont des fleurs fanées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

''''---''((""--ççç_______))))à)à)à)àç_''))à________-----___--__---))))))

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde bouge

 

 

je rève de prairies sans barbelés

                       caracole

 

cabriole dans les coquelicots

 

rougis d'émotion

pour      l'occasion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-------------_---------------_-----------_-----------_-----------_------------_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la distance autrefois

était elle

si dure

 

ou l'est-elle devenue

sous mes pas seulement ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(__--)))_______===())________''""_______------(())=======_____

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

on dit qu'il n'y a

aucun apaisement possible

dès que la corde

 

s'est tendue

mais pourquoi le monde ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

((_-_-_-_-_-_-_-_(())())(())(())-_-_-_-_-_-_-_-_-======________)))))))

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis la trace.

je suis la draille, poursuis la bète

je suis la trace poursuis l'odeur, 

je comble l'absence, taris la rescousse 

épuise le dénivelé qui résiste

ne pense à rien

 

à l'ombre des chènes pubescents,

plus haut,

je poursuis la bète qui est en moi